Une start-up française crée un vélo électrique… sans batterie

Une start-up française crée un vélo électrique… sans batterie

Le marché du vélo électrique est en plein boom. Bientôt se posera le problème du recyclage des batteries. Une start-up française a trouvé la parade : elle a inventé le vélo électrique sans batterie !

Baptisé « U-feel« , ce vélo avancera grâce à un supercondensateur, un système de stockage de l’énergie qui, contrairement à une batterie, n’a pas besoin d’être rechargé et est donc totalement autonome. Comment ça marche ? En pédalant, l’usager dégage de l’énergie qui est ensuite récupérée par le supercondensateur : « C’est votre propre énergie musculaire qui se transforme, est récupérée au freinage et vous assiste lorsque vous en avez besoin », précise la société à l’origine du concept. En d’autres termes, ce n’est pas le pédalage qui fait avancer le vélo mais l’énergie qui en émane. À la manière d’une dynamo, le supercondensateur stocke et transforme cette énergie mécanique en énergie électrique, qui alimentera ensuite le moteur et fera tourner les roues.

« Plus propre et plus durable, son système de stockage tampon de l’énergie a une durée de vie 100 fois supérieure à celle des batteries… et est recyclable ! », indique la société. Fabriqué à partir de carbone, d’aluminium et de sel, le supercondensateur a en effet une constitution plus respectueuse de l’environnement, contrairement aux batteries, qui sont majoritairement composées de lithium. Il faudra ainsi attendre le printemps 2020 pour pouvoir se procurer ce vélo, pour un prix estimé entre 1 500 et 2 000 euros. En attendant, l’entreprise propose à ses internautes de voter, via son site internet, pour le design qu’ils préfèrent : simple, à trois roues ou « overboard ».

Ce vélo est un nouvel outil de la transition énergétique“. Le PDG de la start up Stee à l’origine de cette invention, en est convaincu : son engin va révolutionner le monde du vélo électrique.

Révolutionnaire car le vélo baptisé U-feel, qui pourrait être industrialisé dans les prochains mois, n’a pas de batterie mais un condensateur à la place qui fonctionne comme une dynamo.

A la place des batteries, il y a ce qu’on appelle un super-condensateur. C’est un système de stockage d’énergie qui n’a pas besoin d’être rechargé puisqu’il fonctionne un peu comme une dynamo. Il emmagasine l’énergie quand vous pédalez, et quand vous freinez, il la restitue pour faire avancer votre bicyclette. Un vélo qui, en plus, n’a ni chaîne ni système de traction mécanique.

En clair, vous pédalez toujours au même rythme, que vous soyez sur le plat, en côte ou en descente. Et le fait de tourner les pédales ne vous fait pas avancer mais alimente votre super-condensateur qui fournit de l’énergie au moteur, qui fait tourner les roues du vélo. Vous gérez la vitesse à l’aide d’une petite gâchette située sur le guidon, comme sur les trottinettes électriques.

Par rapport à une batterie classique, ces super-condensateurs ont la particularité de se recycler. Ils sont faits de carbone et d’aluminium, sans lithium, sans métaux rares et ont une durée de vie bien plus longue : 10 à 15 ans, selon les inventeurs.

Le principe est simple : l’énergie est emmagasinée quand on pédale, et lorsqu’on freine, le condensateur la restitue pour faire tourner le moteur et donc les roues du bicycle. Par rapport à une batterie classique, ce super-condensateur peut se recycler. Il est fait de carbone et d’aluminium, sans lithium, sans métaux rares et a une durée de vie bien plus longue : 10 à 15 ans, selon les inventeurs.

Son coût probable : entre 1.500 et 2.000 euros.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *