Prendre soin de son VAE

Prendre soin de son VAE

Votre VAE n’est pas un vélo comme les autres ; il contient une batterie, soit un ensemble d’accus reliés les uns aux autres et enfermés dans un bloc « étanche ». L’indice de protection (IP) des batteries est en général de niveau 54 : votre vélo est au moins protégé contre les poussières et résidus microscopiques et contre les projections d’eau dans toutes les directions (selon la norme européenne EN-60529). Dans l’idéal, il ne faut donc pas laver votre vélo et encore moins la batterie au jet d’eau haute pression, ni la laisser (ainsi que la console) sur le vélo alors qu’il est placé à l’arrière de la voiture sur un porte-vélos. En cas d’orage ou de pluie intense, et avec la vitesse de déplacement de la voiture, cela équivaut à un coup de jet d’eau haute pression .

La météo, un facteur important

En hiver, avec le froid, la capacité des accus baisse, ce qui réduit de fait l’autonomie de la batterie. En dessous de 10 °C, ne laissez pas votre VAE stationné dehors avec la batterie en place. Retirez-la pour l’emmener dans un endroit tempéré et réinstallez-la sur votre VAE au dernier moment, juste avant de partir. Prenez soin également de la serrure qui sert à sécuriser la batterie sur son support. Par ailleurs, passer du lubrifiant une à deux fois par an évite le grippage du mécanisme lié à l’humidité et au froid. Lors de vos déplacements, la température ressentie est encore plus froide, ce qui peut vous inciter à utiliser une housse spéciale qui protège la batterie.

En été, il est également déconseillé de laisser la batterie du VAE en plein soleil. Le risque ? La surchauffe ou le court-circuit, notamment sur des batteries bas de gamme. Aussi, Bosch estime qu’à une température de plus de 30 °C ou lorsque la batterie est exposée en plein soleil, sa durée de vie est diminuée.

Utilisez votre dérailleur

La facilité que procure l’assistance sur un vélo électrique a tendance à faire oublier l’intérêt d’utiliser les vitesses. En particulier au démarrage. Grâce au moteur, il est très tentant de repartir systématiquement sur le plus grand développement, ce que fait rarement un cycliste sur un vélo classique, l’effort à fournir étant trop important sans assistance. Mais cette mauvaise habitude dégrade prématurément la chaîne et les pignons du vélo électrique, et peut amener à devoir changer l’ensemble après quelques centaines de kilomètres seulement.

Le moteur, s’il est situé dans le pédalier, donc conçu pour délivrer une assistance progressive, est également mis à rude épreuve par des démarrages répétés à forte puissance. Une casse moteur est même possible en cas de mauvaise ou de non-utilisation du dérailleur. Les moteurs Bosch comportent une sécurité face à ce risque : ils sont capables d’identifier le développement, l’assistance est automatiquement limitée, et une petite flèche sur l’écran indique au cycliste qu’il faut changer de développement.

Préservez votre batterie

Le lithium-ion a remplacé le plomb et les polymères. Cette technologie a l’avantage de ne pas être sensible à l’effet mémoire, il n’est pas nécessaire d’attendre que la batterie soit complètement vidée pour la recharger. Mais ne la laissez pas non plus branchée en permanence. Évitez de la ranger dans un lieu trop froid.

Si vous délaissez votre vélo électrique pendant plusieurs mois, typiquement lors des mois d’hiver, pensez à brancher votre batterie de temps en temps pour éviter la décharge profonde. C’est le meilleur moyen pour en conserver les capacités. Sachez que fatalement, avec le temps, la batterie vieillit et ses performances s’en ressentent : elles baisseront de 10 à 15 % par an même si vous ne l’utilisez pas.

Comment préserver la batterie de son vélo à assistance électrique ?

Les technologies employées pour les batteries actuelles, ne nécessitent pas d’entretien particulier. Seules quelques recommandations sont à respecter concernant :

  • Le stockage
  • La température
  • Les chocs

Si une batterie n’est pas utilisée durant plusieurs semaines ou même plusieurs mois, il est conseillé de l’enlever du vélo et de la stocker dans une pièce à l’abri de la lumière, à une température restant aux alentours de 20°.

Une batterie peut se mettre en sécurité si elle est utilisée lors de températures extrêmes. Dans ces conditions la batterie perdra, dans tous les cas, une grande partie de son autonomie afin de réguler sa température. Il est déconseillé d’utiliser sa batterie en dessous de -10°C et au-delà de 50°C, températures considérées comme trop dangereuses pour l’intégrité des cellules.

Si une batterie de vélo à assistance électrique subit un choc important – une simple chute à hauteur d’homme ou un accident, elle peut ne pas se rallumer. Dans ce cas, un diagnostic auprès du détaillant ou du fabricant est à effectuer.

Faites la révision

Après plusieurs mois sans utilisation, une révision auprès de votre revendeur permet de vérifier que tout fonctionne bien, au niveau de la mécanique comme du moteur et de la batterie.

Quel entretien apporter aux pièces mécaniques d’un vélo à assistance électrique ?

Au même titre qu’un vélo non motorisé, sa maintenance doit être effectuée par un détaillant agréé par le fabricant du vélo et le fabricant du moteur.

Titulaire des formations lui permettant d’intervenir avec les préconisations du constructeur, c’est également l’assurance qu’il dispose des outils spécifiques à la marque.

Effectuer une révision périodique auprès d’un détaillant agréé permet de se prémunir contre une usure mécanique inhabituelle.

Une partie de l’entretien est réalisable soi-même, il est même conseillé de faire ces vérifications rapides après chaque sortie sportive ou de loisir, ou une à deux fois par mois pour les cyclistes urbains quotidiens :

  • Huiler la chaîne
  • Vérifier le fonctionnement des freins
  • Contrôler la pression des pneus
  • Vérifier l’état extérieur des pneus
  • S’assurer du bon serrage des roues, du guidon et de la potence
  • Comme tout véhicule, il est conseillé de nettoyer occasionnellement son vélo électrique.

En utilisation sportive, la poussière et la terre des chemins présents dans la transmission, les roues ou le freinage peuvent endommager ces pièces. En utilisation urbaine, les corps gras qui peuvent se déposer sur les surfaces de freinage (disques ou jantes) en accéléreront l’usure.

Un bon nettoyage de votre vélo électrique

Enfin, il ne faut pas oublier que pour bien entretenir son VAE, un bon nettoyage est également nécessaire à l’occasion. L’accumulation de saleté peut en effet causer l’usure prématurée de certaines pièces tout comme leur dysfonctionnement. Ici, il vous suffit de procédez comme vous le feriez avec un vélo classique. Gardez en tête que ce nettoyage a toujours pour but de débarrasser votre monture de la poussière, de la boue, de la neige ou de toute autre salissure ayant pu s’y accumuler. Pour ce faire, un simple nettoyage à l’eau savonneuse suffit. Par contre, il est fortement déconseillé de laver votre vélo à l’aide de jets à haute pression. Cela peut endommager certaines parties mécaniques et électroniques du vélo. Afin de vous aider à procéder à un bon nettoyage de votre vélo, vous pouvez consulter notre article à ce sujet. Vous y trouverez toutes les méthodes et conseils à suivre pour un vélo aussi propre qu’un sous neuf.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *