Quelques conseils de sécurité en gyroroue

Quelques conseils de sécurité en gyroroue

La pratique du gyroroue doit s’accompagner de règles élémentaires de sécurité mais également de précautions propres à l’utilisation de l’engin en lui même.

Le monocycle électrique est il dangereux?

A première vue, il est vrai que la vision d’une roue à moteur qui peut même aller jusqu’à 20km/h, sans rien pour se tenir, ni guidon, ni selle, rien, ….rien qu’une roue entre les pieds et éventuellement un peu serré par les mollets au minimum ça impressionne… et on n’imagine pas qu’on puisse maitriser cette machine pour faire des virages au cm.

Le monocycle ne souffre pas d’un manque de sécurité, mais plutôt d’un excès de sécurité.

En effet, si vous tentez de dépasser la vitesse limite, elle émet des bip, ou vibre selon les modèles. De la même façon, si vous arrivez en fin de batterie, vous serez alerté, si vous inclinez trop les pédales en avant vous serez averti… Le monocycle électrique a été soigneusement pensé pour vous permettre de l’utiliser en toute sécurité, il est donc pourvu de toute les alarmes nécéssaires pour vous avertir que vous atteignez ses limites.

Si vous ignorez ces avertissements et continuez d’accélérer, le monocycle redressera les pédales pour vous faire ralentir, si vous vous entêtez encore, il les redressera un peu plus fort, et à ce moment là, vous pourrez être en effet déséquilibré et chuter. Mais pourra-t-on dire que c’est le monocycle qui a été dangereux ? Vous avez toujours le choix de ralentir, de vous redresser ou de mettre votre batterie en charge. La sécurité du monocycle lui même, n’est que très rarement mise en cause.

LES PRÉCAUTIONS D’UTILISATION EN GYROROUE

  • Utiliser des protections ( Casque, protèges poignets, coudières et genouillères )
  • Rouler en dessous de 20 km/h ( vous aurez la possibilité de courir en cas de chute )
  • Recharger sa batterie complètement avant la première utilisation.
  • La vitesse maximum légale en France est de 25km/h
  • L’utilisation d’une Gyrororue sur la chaussé est interdite
  • Déplacez vous sur le trottoir à la vitesse d’un piéton ( 6km/h )
  • Respecter les piétons qui sont dans leur espace de sécurité.
  • La piste cyclable est tolérée jusqu’à 25km/h max
  • Vous devez rouler sur piste privée au dessus de 25km/h

LA PRESSION DU PNEU EST IMPORTANTE !

Vérifier régulièrement la pression pour votre sécurité

  • ≈ 2 bars en les 22 pouces.
  • ≈ 2.5 bars sur les 18 pouces.
  • ≈ 3 bars sur les 16 pouces.
  • ≈ 3.5 bars sur les 14 pouces.

    ATTENTION LE PREMIER FACTEUR DE CHUTE  EST L’EXCÈS DE CONFIANCE.

  • Ne pas dépasser les 16 km/h pendant votre apprentissage.
  • Ne jamais accélérer lors du tilt-back ( remontée des pédales ) ou lors de la dernière alarme sonore 4 bips, des bips de puissance ou batterie
  • Il ne faut ni monter, ni sauter les trottoirs ( dès 80 kg ), ne pas faire du un pied ( freestyle ) en Gyroroue sauf quand cela est nécessaire ( démarrage ) au risque de tordre l’axe.
  • Ne pas faire le VA et VIENT à l’arrêt en Gyroroue pour éviter de poser votre pied au sol au risque de griller votre carte mère.
  • En fin de batterie , le voltage de votre roue est beaucoup moins important, votre roue bip, ralentissez  jusqu’à ne plus entendre le bip.

La pratique de la Gyroroue comporte des risques. Apprenez à les anticiper.

attention aux précautions en gyrorouePour maintenir l’équilibre du pilote, la roue produit un couple de rattrapage important. Ce couple n’est pas nécessairement lié à la vitesse ou à la puissance. Chaque roue possède ses propres limites et en particulier un couple maximum. Si elle est contrainte à excéder son couple maximum elle décroche et représente un sérieux risque de chute.

L’escalade commerciale a fait apparaitre des roues plus petites, plus puissantes, plus légères les unes que les autres. Cependant, bien que critique pour la sécurité de l’utilisateur, le couple maximum reste un chiffre peu mis en avant. En général, une roue plus puissante n’est pas synonyme d’un meilleur couple maximum. C’est là qu’il faut se méfier: la puissance donne la fausse intuition d’une roue que l’on peut brusquer alors que le couple maximum est souvent le même car prévu pour gravir des côtes de 30% environ.

Le couple dépend de la force de frottement et d’entrainement qu’applique le pneu sur la route. Il est la résultante de toutes les forces que subit le système roue-pilote.
 Plusieurs paramètres déterminent ce couple et chacun a une importance non-négligeable !

La vitesse

Le frottement de l’air augmente avec le carré de la vitesse ; c’est-à-dire qu’à 30km/h le couple lié à la vitesse est 4 fois plus important qu’à 15km/h, 6 fois plus à 36km/h et 10 fois à 47km/h ! ce paramètre est doublement pénalisant car le couple maximum des moteurs diminue avec la vitesse.

 La pente

Sur du « plat » pas d’effort supplémentaire mais en côte, il faut élever le poids roue-pilote en proportion de la pente. Ce paramètre est retors car on ne ressent aucunement le surcroit d’effort à gravir une côte sauf à se rappeler comment cela aurait pu être difficile en vélo… et attention aux descentes ! si le vélo retrouve de l’équilibre avec l’effet gyroscopique, la roue a le même couple à gérer négativement et la descente doit être considérée comme paramètre aggravant.

L’accélération :

L’accélération crée une force proportionnelle à la masse du système roue-pilote. L’accélération à elle seule peut dépasser les caractéristiques de la machine même à basse vitesse et engendrer le décrochage, c’est la raison pour laquelle il ne faut jamais se jeter en avant ou en arrière et toujours effectuer les changements de vitesse en douceur.
 Un freinage est une accélération négative et doit être considéré comme un paramètre aggravant.
Attention une accélération violemment induite par réflexe peut être dangereuse !

Le frottement du pneu

Non négligeable il peut même générer un couple très important avec un pneu sous-gonflé. les pilotes les plus costauds doivent apporter un regard attentif à ce paramètre.
pour tous : si la jante heurte un angle de trottoir sans amortissement du pneu cela crée une pointe de couple destructrice.

 L’obstacle

Un bateau, un nid de poule, un dos d’âne, bref tout ce qui interrompt la planéité du terrain est générateur de couple ponctuellement comme l’est une pente mais en pire !
par exemple, pour une roue de 16’’, un bateau de 3cm correspond à une pente de 40%, un trottoir de 5cm 65% !!!
autant dire que l’on dépasse nettement les caractéristiques de la machine, heureusement le phénomène ne dure pas longtemps et le système l’accepte ponctuellement

Le terrain accidenté (chemin de terre, foret etc…)

Attention, il correspond à des obstacles les uns derrière les autres, ce n’est plus un phénomène isolé, le couple engendré peut rapidement créer une surchauffe

Le poids pilote

le poids augmente le couple en proportion pour tous les autres paramètres, même la vitesse ! car la surface apparente d’un pilote lourd est surement plus importante !

 La raideur du pilote

l’amortissement c’est le lissage des pointes de couple, c’est important pour éviter les pointes de courant. la seule suspension de la machine se résumant au pneu, il est important d’adopter une position souple sur sa roue, c’est-à-dire jambes fléchies et détendues.
La position est désagréable dans un premier temps mais la pratique régulière renforce les tendons sous le genou et la position devient naturelle en une semaine.
ceci évite également de se faire surprendre par une saignée mal rebouchée sur la route ou une plaque de bitume disparue.

Complément d’information sur le couple :

Le couple demandé à la machine se ressent au poids que le pilote applique en bout de pédale et serait en principe limité au poids pilote x la demi-longueur de la pédale. Pourtant la machine subit d’autres accélérations que celle de la pesanteur, que ce soit une accélération recherchée par le pilote ou une réception d’obstacle, le couple demandé peut vite doubler ou bien plus encore… Le couple à grande vitesse dépend beaucoup de la tension de batterie, ainsi les performances sont nettement dégradées batterie déchargée.

Pour être sûr de ne pas risquer un accident, suivez nos conseils d’utilisation et de prudence en gyroroue

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *