De nouveaux équipements obligatoires pour circuler à trottinette électrique

De nouveaux équipements obligatoires pour circuler à trottinette électrique

Trottinettes électriques, monoroues, gyropodes, hoverboards… Depuis le 8 juillet 2020, les engins de déplacement personnel motorisés (EDPM) sont soumis à de nouvelles règles. Avertisseur sonore, freins et éclairage avant et arrière sont désormais obligatoires.

Après avoir été introduits dans le code de la route à l’automne dernier, l’utilisation des engins de déplacement personnels motorisés (EDPM) est régie par de nouvelles règles à partir du 8 juillet 2020.

Les trottinettes électriques, monoroues, gyropodes et hoverboards doivent à présent être équipées de feux de position avant et arrière, mais aussi de dispositifs rétro-réfléchissants (catadioptres), d’un système de freinage et d’un avertisseur sonore.

Des équipements déjà recommandés

Jusqu’à présent, seul le port du casque était « recommandé » mais non obligatoire en agglomération ou sur les voies vertes et les pistes cyclables. De nuit, ou de jour par visibilité insuffisante, et même en agglomération, les utilisateurs de ces engins doivent porter un équipement rétro-réfléchissant (par exemple un gilet, un brassard…) d’une surface totale au moins égale à 150 cm2.

S’il n’est pas intégré au vêtement dès l’origine, l’équipement est porté sur le haut du corps, à l’exception du casque, à partir de la ceinture et jusqu’à la ligne des épaules, de manière à être visible des autres piétons et conducteurs. En complément, il est possible de porter un éclairage sur le torse, le dos, le bras, ou une combinaison de ces éléments. Cet équipement doit être non éblouissant et non clignotant.

Par ailleurs, lorsque l’engin est dépourvu de guidon, le conducteur doit être muni d‘un dispositif d’éclairage complémentaire avant et arrière.

Des amendes prévues

Alors que le manque de «freinage efficace» est puni d’une amende de 11 €, le montant de la contravention en d’absence d’éclairage ou d’avertisseur sonore grimpe à 35 € et même à 135 € pour ceux qui roulent sur un trottoir. Enfin, la sanction prévue pour ceux qui dépasse les 25 km/h sur la voie publique avec une trottinette non bridée est sanctionné par une amende de cinquième classe, correspondant à une note douloureuse de 1 500 €.

Rappelons qu’il est interdit de porter à l’oreille des écouteurs ou tout appareil susceptible d’émettre du son, ou d’utiliser le téléphone tenu en main, d’être à plusieurs sur l’engin ou de conduire sous l’influence de l’alcool.

La conduite d’un EDPM est prohibée pour toutes les personnes de moins de 12 ans.

En ville, il est obligatoire de rouler sur les pistes et bandes cyclables lorsqu’il y en a et, hors agglomération, la circulation n’est autorisée que sur les voies vertes et les pistes cyclables.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *