Xiaomi M365 : la trottinette électrique star du moment

Xiaomi M365 : la trottinette électrique star du moment

Xiaomi M365

370
9.3

Qualité/Prix

9.8/10

Conduite

9.0/10

Autonomie

9.0/10

Fonctions/Performances

9.0/10

Conclusion

9.5/10

Du smartphone au bracelet connecté en passant par les ordinateurs portables et les TV, la marque chinoise Xiaomi ne semble effrayée par aucun secteur. Le marché de la mobilité urbaine l’intéresse grandement, et l’entreprise a d’ailleurs racheté sa compatriote Ninebot, spécialisée dans le domaine. Avant cela, Xiaomi avait déjà lancé sa propre trottinette électrique : la M365 Mijia. Elle se distingue notamment par son prix plancher, sans trop de sacrifice sur le papier.

La Xiaomi M365 « Mijia » est intrigante, c’est ce que l’on peut appeler une trottinette électrique « bon marché ». Effectivement, « bon marché » dans le monde de la mobilité urbaine électrique, c’est moins de 400 euros. J’ai eu la possibilité d’utiliser deux semaines la M365 dans mes trajets : pour aller au bureau, en plein Paris, mais aussi pour mes petits trajets du quotidien.

Ce n’est pas la première initiative de l’entreprise chinoise. Précédemment, elle avait commercialisé un hoverboard (je préfère parler de scooter auto-équilibré), qui reprenait le principe de l’emblématique Segway, avec une poignée genouillée pour un meilleur équilibre. Et que fait Xiaomi sur ce marché ? Segway a été racheté par Ninebot, un des gros acteurs, et Xiaomi a investi plusieurs millions de dollars dans Ninebot. Des synergies ont donc été mises en place entre Ninebot et Xiaomi, deux entreprises chinoises.

Ce qui nous intéresse, c’est le rapport qualité/prix de cette trottinette. Quand les concurrents commercialisent des produits à plus de 1 000 euros, Xiaomi est à moins de 400 euros. Solidité, autonomie, performances, qualité de fabrication… il est de temps de vous livrer notre verdict.

Présentation :

La trottinette Xiaomi M365 est un modèle doté de 2 roues de 8,5 pouces (≈21,6 cm) gonflables et d’un frein à disque à l’arrière. Elle promet 30 km d’autonomie et une vitesse maximale de 25 km/h. Elle n’oublie pas de proposer un phare Led à l’avant, ainsi qu’une petite sonnette, et n’intègre au final que l’essentiel, ce qui lui permet de rester à un tarif — en import — inférieur à 400 €, voire moins au gré des remises ponctuelles.

En théorie

Sur le papier, la Xiaomi M365 « Mijia » envoie du lourd. Le fabricant chinois affiche des finitions rassurantes sur ses produits, du cuiseur de riz à la trottinette électrique, en passant par les smartphones bien évidemment.

Pour la M365, Xiaomi a utilisé un moteur de 500W qui propose théoriquement une vitesse de pointe de 30 km/h. Le fabricant chinois a utilisé une batterie LG 1850 EV-lithium-ion d’une capacité de 280Wh (18 650 mAh), cette dernière peut transporter théoriquement un homme de 75 kilogrammes sur une distance de 30 kilomètres à 20 km/h de vitesse moyenne. Elle se charge en 5 à 6 heures de 0 à 100 %, elle peut également être rechargée grâce à la technologie Kinetic Energy Recovery System : cette dernière convertit l’énergie cinétique en énergie électrique.

Le design

Fine, élégante mais robuste, voici les termes définissant au mieux la trottinette de Xiaomi. Pourtant, elle est d’une simplicité redoutable. Un guidon et un plateau reliés par une colonne et montés sur deux roues.

Pas de chichi, pas de blabla. La simplicité se retrouve également au niveau de l’interface puisqu’elle se résume à un seul bouton situé sur la partie centrale du guidon. En plus de permettre la mise en route et l’arrêt de la m365, il contrôle l’allumage du feu LED d’éclairage situé à l’avant du guidon. Il permet également de passer en mode économique ce qui limite la vitesse maximale à 18 km/h.

Ce bouton multitâche est surmonté de 4 voyants lumineux indiquant le niveau de charge de la batterie et le mode de conduite. L’accélérateur est situé sur la droite du guidon, à proximité de la poignée ergonomique, juste sous le pouce.Enfin, le garde-boue arrière est surmonté d’une LED rouge permettant de vous signaler sur les routes.

L’application

Même si elle n’est pas indispensable, l’application Mi Home me parait difficilement dissociable de la trottinette.

En effet, aucune donnée n’est directement disponible. Vous êtes obligés de vous connecter en Bluetooth pour collecter toutes vos informations.

Vous aurez entre autres accès à votre pourcentage de batterie, votre distance parcourue ou encore votre vitesse moyenne. Mais en plus de ces données « basiques », vous pouvez modifier votre style de conduite.

Ainsi, il devient possible de transformer votre accélérateur en régulateur de vitesse. On peut également influencer sur la recharge passive de la trottinette (ce qui impactera votre vitesse maximale) ou encore sur le fonctionnement de la LED arrière.

Petit plus, un verrouillage électronique est également disponible via l’application et bloque totalement la roue avant. Elle est disponible sur Android et IOS.

La prise en main

Xiaomi a pensé sa trottinette pour que sont usage soit rapide et efficace. Ainsi, le temps de montage et de pliage est d’environ 3s. Une fois la m365 dépliée, il suffit de donner une petite impulsion avec le pied et d’accélérer (c’est une sécurité supplémentaire).

Le plateau est relativement haut. Cela présente l’avantage de pouvoir descendre sans problème les trottoirs et d’éviter plus ou moins les embuches que l’on peut trouver sur une route, un chemin ou une piste cyclable. En revanche, cela se montre plus dérangeant quand on souhaite simplement pousser la trottinette avec le pied. On est alors obligé de plier beaucoup la jambe d’appui et cela fatigue rapidement. De toute façon, le poids de cette M365 n’appelle pas vraiment à l’utiliser sans l’aide de son moteur électrique.

Pour activer ce moteur, on trouve un accélérateur qui tombe sous le pouce de la main droite. Il est assez agréable à utiliser, malgré quelques petits défauts sur lesquels nous reviendrons ci-dessous. À l’opposé, on trouve une sonnette mécanique, pas forcément des plus simples à utiliser car il faut appuyer assez fort pour faire résonner la clochette. Il nous est arrivé fréquemment de vouloir la déclencher et de n’entendre aucun son sortir. Dommage pour un dispositif qui sert à alerter les autres usagers.

Le confort lors de la conduite est au rendez-vous. Le plateau est suffisamment haut pour ne pas être gêné par divers obstacles et pour pouvoir monter/descendre aisément des trottoirs. Néanmoins, on peut regretter l’impossibilité de régler la hauteur du guidon pour maximiser le bien-être en conduite. Il faut être dans la « norme » selon Xiaomi, à savoir approximativement 1m75. Les plus petits et les plus grands rencontreront des difficultés.

En déplacement, on se sent vraiment à l’aise si l’on se trouve sur une piste cyclable ou sur la route. Le maniement de la trottinette devient de suite plus difficile sur les trottoirs où la taille et le poids gênent la fluidité. Ne croyez pas non plus que vous ferez des sauts extraordinaires et des figures de style, on parle d’un véhicule et non d’un outil de freestyle.

On apprécie le frein à disque arrière qui procure une capacité de freinage efficace, y compris à vitesse maximale. D’ailleurs, le mot sécurité pourrait résumer le ressenti que l’on a lors de cette prise en main.

Pour l’utilisation, rien de plus simple: on allume d’abord la trottinette, on met un pied dessus, puis on donne un ou deux coups de l’autre pied pour prendre un peu d’élan, tout en appuyant sur la manette d’accélération à droite sur le guidon. Et vous voilà parti ! La manette fonctionne comme n’importe quel accélérateur: plus on appuie plus on va vite (jusqu’à 27km/h tout de même). Pour ralentir, on relâche bien sûr l’accélérateur, et on ne cherche pas à appuyer comme une brute sur la manette de frein. Je l’ai déjà dit, mais ça freine fort.

Comme dit plus haut, le bouton de mise en marche permet également d’allumer les feux, ou passer l’engin en mode économie d’énergie (via trois appuis successifs). Dans ce mode la trottinette a un peu moins de « pêche » (pointe à 18km/h au lieu de 25), mais comme le dit l’adage, « qui veut voyager loin ménage sa monture ». Dans ce mode vous aurez donc un peu plus d’autonomie et vous irez plus loin.

Mais ce n’est pas tout. Cette Xiaomi M365 est également connectée, grâce à une connexion bluetooth. Il suffira d’installer l’application Mi Home qu’on connait maintenant bien (ou l’application Ninebot, compatible aussi). En cherchant à ajouter un nouveau produit, la trottinette devrait être détectée automatiquement.

Conduite :

Avec ses pneus gonflables, la M365 absorbe sans aucun problème tous les petits cahots de la route. Même les chemins assez plats peuvent être empruntés sans grande difficulté. En revanche, les plus grosses embûches font vite regretter l’absence d’un amortisseur à l’avant et il faut veiller à rester bien relâché à l’approche d’un trottoir, sous peine de ressentir quelque douleur dans les poignets. Par ailleurs, l’inconvénient des pneus de ce type reste leur exposition aux crevaisons, ce qui a fini par nous arriver après 2 mois d’utilisation.

Il ne faut pas non plus être un conducteur trop nerveux au guidon de cette trottinette ; il faut en effet se lancer légèrement avant de pouvoir bénéficier de l’accélération du moteur. De plus, il y a toujours un petit temps de latence entre l’enfoncement de l’accélérateur et la réaction de la M365. Ce n’est pas trop gênant lorsqu’on enchaîne les longues lignes droites, mais ça devient un peu plus dangereux sur un trottoir. Sur ce point, la Booster S2 Plus se montre bien plus précise et nerveuse. On peut également reprocher à la M365 sa perte de couple lorsqu’elle passe à moins de 50 % de batterie. Le franchissement de côtes s’en ressent nettement.

Il faut en moyenne une quinzaine de secondes pour atteindre la vitesse maximale de 25 km/h. En réalité, sur terrain plat, la M365 plafonne plutôt à 27 km/h. Il est possible d’activer un mode « cruise control » dans l’application : il bloque la vitesse à son maximum lorsque celle-ci a été maintenue pendant au moins 5 secondes. Une option qui se montre bien agréable sur les longs trajets sans obstacle.

Côté freinage, nous nous sommes fait une petite frayeur assez rapidement. Il y a deux systèmes de freinage sur la Xiaomi M365. Le premier repose sur le frein moteur et il est possible d’en régler l’intensité dans l’application. Nous vous recommandons de n’utiliser que les 2 premiers niveaux, le 3e opposant une trop forte résistance à la moindre décélération. Le second moyen de freiner repose sur le frein à disque placé sur la roue arrière. Nous vous conseillons de l’essayer soigneusement avant de vous lancer sur un grand trajet, car le nôtre n’était absolument pas réglé correctement. Pour faire simple, le disque n’était carrément pas mordu, même en écrasant le levier de frein. Il a donc fallu jouer de la clé et du tournevis pour le rendre opérationnel.

Autonomie :

Xiaomi promet jusqu’à 30 km d’autonomie avec sa trottinette électrique. Dans la pratique, un utilisateur de 60 kg ne dépassera pas les 20 km, et la distance chute à 17 km pour quelqu’un de 70 kg. Une autonomie un peu décevante pour une trottinette d’un tel gabarit. Le mode éco n’allonge pas beaucoup l’endurance du bolide. La perte de couple, une fois passé à moins de 50 % d’autonomie, nous pousse même à conseiller une recharge tous les 10 à 15 km, pour conserver un certain confort.

La M365 Mijia n’est pas vraiment rapide pour retrouver une batterie pleine. Il faut compter en moyenne 5 à 6 heures pour passer de 0 à 100 %.

En conclusion :

Avec son design sobre et moderne, sa qualité de fabrication qui respire la sécurité, et ses performances, la Xiaomi M365 « Mijia » est impressionnante. Enfin, son petit prix est rassurant : il vous permet d’accéder à une première expérience de mobilité urbaine sans prendre un gros risque financier.

Du côté des points négatifs, le poids est « relativement » léger, mais trop élevé pour la transporter partout, il est également difficile de l’accrocher dans la rue. Je la laisse chez les marchands et chez mes amis lorsque je suis en déplacement. Enfin, l’accélération est un poil molle en côte, et la vitesse de pointe pourrait être plus importante.

POINTS FORTS

  • Bonnes finitions.
  • Frein à disque efficace.
  • Régulateur de vitesse intéressant.
  • Confort pour les longues virées.
  • Plateau large.
  • Étanchéité IP54.

POINTS FAIBLES

  • Nécessité de vérifier le réglage du frein au déballage.
  • Légère latence à l’accélération.
  • Pas d’amortisseur.
  • Difficile à manier à faible vitesse.
  • Autonomie décevante.

 

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *