Coleen, le e-velo made in France, joue la carte du Vintage et du luxe

Coleen, le e-velo made in France, joue la carte du Vintage et du luxe

CES 2019 – La start-up tricolore a imaginé un vélo électrique très design aux lignes épurées, pour une clientèle prête à mettre le prix.

La petite reine reprend du galon. Depuis quelques années, le vélo retrouve ses lettres de noblesse, avec des fabricants qui misent sur le design, le beau… Coleen, une start-up bayonnaise, s’inscrit pleinement dans cette tendance. «Nous avons créé Coleen il y a quatre ans et demi, au moment du lancement de Tesla», relate Audrey Lefort, cofondatrice de Coleen. «Nous voulions faire un beau produit, un reprenant les codes de l’automobile vintage, sans pièces en plastique». Le résultat est un «élégant, mixte et intemporel». Le vélo est dévoilé au CES de Las Vegas et les préventes seront lancées à l’issue du salon. Les premiers vélos seront disponibles cet été. La start-up en a commencé la production. Elle a bénéficié du soutien de la région Nouvelle Aquitaine, de Bpifrance, de banques, et vient de boucler une levée de fonds de l’ordre de 1 million d’euros, en crowfunding et auprès d’investisseurs privés.

Pour arriver au design de leur vélo, les deux cofondateurs de Coleen se sont inspirés des premières draisiennes avec leur cadre en croix. Mais qu’on ne s’y trompe pas, son look rétro dissimule un vélo électrique et connecté dernier cri. La batterie est logée dans le cadre. Elle se retire grâce à un système Keyless, nécessitant d’approcher son smartphone du vélo, permettant soit de déverrouiller le vélo, soit d’ôter la batterie pour la recharger. Et si le smartphone est déchargé? Coleen y a pensé en intégrant une clé USB au cadre: il suffit de brancher le téléphone. Certes, il ne faut pas que la batterie du vélo soit elle aussi déchargée…..Et il reste la possibilité de déverrouiller manuellement le vélo. Il embarque aussi un système de localisation GPS, pour retrouver son vélo en cas «d’emprunt» ou pour partager ses trajets avec ses amis.

Il s’agit d’un vélo unisexe qui ne pèse que 18 kg. Cadre et fourche en carbone ont été dessinés et produits à côté de Biarritz. Au total, nos deux start-uppers ont ainsi imaginé 75 pièces spécifiques, dont certaines, façonnées en aluminium aéronautique, visent à supprimer les parties en plastique et à séduire “les amateurs de belles pièces”. Même la selle en cuir est de fabrication française et produite par l’accessoiriste Voltaire. Ainsi, 85 % des composants du vélo sont fabriqués sur notre territoire. La plupart du temps, les fabricants français de VAE font plutôt construire l’essentiel de leurs pièces en Asie et assemblent en France. De leur côté, roulements et freins à disque (Hope) viennent de Grande-Bretagne et les pneus (Schwalbe) d’Allemagne.

Décliné en trois modèles (Elegance, Sport et Speed One), le vélo Coleen se distingue par son cadre atypique (en X sans tube supérieur) et l’absence de câbles apparents. Y est logée une batterie de 529 Wh (42 cellules) promettant une autonomie jusqu’à 100 km. Le temps de charge est rapide : comptez 2 h 30 (80 % en 1 h 30 seulement).

Le moteur est situé dans la roue arrière et bénéficie d’un couple de 30 Nm (versions Elegance et Sport) ou de 50 Nm (version Speed One). Ce moteur offrirait un rendement exceptionnel de 94 %, avec un surcroît d’autonomie de l’ordre de 25 % par rapport à un moteur classique. La transmission s’effectue non pas par une chaîne, mais avec une courroie (de la marque américaine Gate) fonctionnant avec une boîte de vitesses à 7 rapports.

Plus de trois ans de R&D ont permis à Audrey Lefort et Thibault Halm de créer un VAE qui se distingue à plus d’un titre de nombreux autres. Pour innovant qu’il soit, il ne pourra être le vélo électrique du plus grand nombre, mais sera bien réservé à une clientèle capable de s’offrir un produit qu’il faut bien appeler “de luxe”. Ainsi, le Coleen est-il proposé à partir de 4 690 € (version Elegance), mais il faudra débourser 5 900 € pour la version Sport, avec notamment freins Hope et sellerie Voltaire, et 7 500 € avec le moteur de 500 W (et vitesse jusqu’à 45 km) et boîte 7 vitesses…

Enfin, ce VAE est connecté. Une app (iOS/Android) permet de le déverrouiller. Pour cela, Coleen a imaginé un système baptisé Keyless qui permet de déverrouiller/verrouiller le cycle simplement en approchant son smartphone. De son côté, un écran translectif affiche les informations essentielles à la conduite, toutes transmises au smartphone par ailleurs.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *