7 points importants pour choisir votre vélo électrique

7 points importants pour choisir votre vélo électrique

7 points importants pour choisir votre vélo électrique

Les vélos électriques ont le vent en poupe et connaissent un succès de plus en plus grand… Avant de choisir son vélo électrique, il faut commencer par poser les conditions de son utilisation, avant d’opter pour la puissance.

C’est un envol spectaculaire : pour la première fois, le marché des vélos électriques a dépassé celui des vélos dits « musculaires ». Le vélo à assistance électrique (VAE) détient désormais 56 % des parts de marché. Selon l’Union sport & cycle, la hausse des ventes a atteint l’an dernier près de 30 %. Mais avant de vous lancer, vous aussi, dans l’aventure du VAE, il est utile de bien savoir choisir son modèle. Celui qui est le mieux adapté à votre pratique. Voici les réponses.

Voici 7 points à prendre en considération pour bien choisir votre vélo électrique

1. 7 points importants pour choisir votre vélo électriqueQuels usages ?

Il convient d’abord de bien définir les usages. « Va-t-on faire du vélo sur une surface lisse, sur la route, sur des chemins de terre ou dans un environnement de VTT ? », propose Frédéric Lavauzelle, responsable du magasin E-Grim, l’un des plus importants, situé à Pérols, près de Montpellier. « En fonction de l’usage, on s’oriente vers un vélo adapté à son utilisation. » « Le plus important, c’est de pouvoir d’abord l’essayer. Je déconseille l’achat impulsif d’un vélo devant un écran », insiste Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB).

2. Quel type de moteur ?

7 points importants pour choisir votre vélo électriqueOlivier Moucheboeuf, qui anime la commission cycles au sein de l’Union sport & cycle, est formel : « Avant de penser au type de batterie, il faut d’abord penser au moteur. » Il existe, sur le marché, deux typologies de moteurs : les moteurs-roues et les moteurs centraux. « Les moteurs-roues, moins puissants, sont recommandés pour ceux qui font des petits trajets, environ 5 km par jour, avec des côtes faibles. On préférera les moteurs centraux, qui sont situés au niveau du pédalier, si l’on prend souvent des chemins qui montent ou dans des randonnées le week-end avec des amis avec des bagages. Ils ont une meilleure autonomie. »

3. Quel type de batterie ?

La batterie est au vélo électrique ce que le réservoir est à la voiture. « Il y a tous les choix possibles, rappelle Florian Esquer, du magasin Cycling Génération, à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard. Une batterie Bosch, par exemple, de 300 watts/heure, permet de faire environ 80 km. La puissance peut monter à 400, voire 625 watts, pour des VTT haut de gamme. Elle permet d’aller jusqu’à 70 km en mode chemin rocailleux et 120 km sur surface plate ».

7 points importants pour choisir votre vélo électriqueIl est également possible d’ajouter des batteries additionnelles. « Ce n’est pas trop nécessaire quand on a un usage urbain de son vélo. Mais ça apporte plus d’autonomie », ajoute Frédéric Lavauzelle. Et, rappelle encore Olivier Moucheboeuf, « c’est comme avec les voitures électriques, la batterie est plus sollicitée, quand on circule en ville, au démarrage ». De même, « quand il fait froid, quand c’est l’hiver ». Et l’animateur de l’Union sport & cycle d’insister sur le fait d’être « bien attentif à ce que donnent les marques en matière d’autonomie, cela reste toujours à titre indicatif ».

Concernant la recharge, c’est comme avec les téléphones portables. « Il est très important de bien suivre les indications des constructeurs, commence par insister Olivier Moucheboeuf. Il est important de ne pas laisser la recharge branchée durant plusieurs jours, parce qu’on part, par exemple, en vacances. Ce n’est pas bon pour l’autonomie de la batterie dans le temps. »

4. Quelle position sur le vélo ?

7 points importants pour choisir votre vélo électriqueTout dépend de la distance que l’on effectue lors des sorties. « La position droite, à la néerlandaise, est moins bonne pour le dos, même si elle paraît confortable. La position penchée permet de mieux répartir les efforts entre les bras et la colonne vertébrale », argumente Olivier Schneider.

Dans le même ordre d’idée, Frédéric Lavauzelle suggère d’opter pour un cadre ouvert si l’on fait de la ville : « C’est plus aisé pour monter ou descendre du vélo. »

5. Quelle gamme de prix ?

La gamme de prix est assez large. Selon le dernier Observatoire 2020 de l’Union sport & cycle, cela va de 500 € à 10 000 €. Avec un prix moyen de 2 079 €, en hausse de 21 %. « On peut trouve un vélo électrique à partir de 600 €. Mais ce sont des vélos d’entrée de gamme avec une faible puissance, de 24 volts, voire 36 volts. Mais ils ont moins de répondant, moins de pêche », observe Olivier Masseboeuf. Chez E-Grim, les prix commencent à 1 521 € pour un vélo électrique de la marque Solex. « Chez nous, le prix moyen oscille entre 3 000 € et 3 500 €, avec des moteurs qui peuvent faire jusqu’à 20 000 km, tant qu’on l’entretient », assure Frédéric Lavauzelle. L’étude de l’Union sport & cycle montre que c’est dans le segment des VAE pliants que les prix ont le plus augmenté : + 42 %, pour un prix moyen de 1 500 €. Avec les VTT : + 30 %, pour un prix moyen de 2 800 €.

6. Quels types d’accessoires ?

Faut-il ou peut-on rajouter quelques accessoires à son VAE ? La question mérite d’être posée. « Rajouter par exemple un porte-bagages n’est pas si simple, avance Olivier Schneider. Il est dommage d’alourdir le poids du vélo si l’on n’en a vraiment pas besoin. » Si cela est vraiment nécessaire, il conseille « d’avoir plutôt un équipement d’origine ».

7. Quand changer de vélo ?

Frédéric Lavauzelle rappelle que « le vélo électrique ne nécessite pas plus d’entretien qu’un vélo normal« . Selon lui, il est préférable de changer de VAE « tous les cinq ans pour un usage urbain », et « tous les deux à trois ans pour un usage en VTT ».

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *