Les différents types de moteur pour vélo électrique

Les différents types de moteur pour vélo électrique

Pour un vélo électrique, vous avez le choix entre deux types de moteurs. Il y a tout d’abord, les moteurs pédaliers. Comme leur nom l’indique, il s’agit de moteurs situés au niveau du pédalier du vélo. Il y a ensuite les moteurs roue. Vous l’aurez compris, ceux-ci se retrouvent au niveau de la roue arrière ou avant du VAE. L’un comme l’autre peuvent, dans leur meilleure version (1000w), offrir de très bonnes performances. Tous deux peuvent, par exemple, offrir des assistances allant jusqu’à 50 km/h. En matière de couple, ils sont également capables de vous satisfaire amplement. Que ce soit pour franchir des obstacles en VTT ou des côtes, tous peuvent s’avérer des plus efficaces.

Les moteurs équipant les vélos électriques sont choisis par les fabricants, en fonction de différents critères. Le positionnement, qu’il soit dans la roue ou au pédalier, ainsi que son intégration, sont des données prépondérantes. Compte tenu de l’offre existante, les fabricants destinent également un moteur à une utilisation. Un moteur au pédalier, sportif et puissant, ne viendra pas équiper un vélo destiné à faire des trajets urbains, par exemple. Cela pourrait rendre l’utilisation du vélo désagréable. De même qu’un moteur ultra perfectionné, délivrant une assistance millimétrée ne sera pas forcément nécessaire pour accomplir des petites distances dans le cadre d’une utilisation utilitaire. Les différents moteurs offrent tous des ressentis différents. Cette sensation est liée au paramétrage choisi par le fabricant, qui aura construit sa motorisation pour offrir plus ou moins de couple en fonction de telle ou telle cadence de pédalage, par exemple. Ces caractéristiques permettent aujourd’hui de choisir un vélo à assistance électrique qui aura le comportement que l’on souhaite, et de ne pas subir un fonctionnement trop complexe, ou une puissance inadaptée à son utilisation.

Pourquoi choisir un moteur pédalier ?

Les moteurs pédaliers sont un excellent choix si vous recherchez de la puissance. Ils ont plus de couple comparé à un moteur roue. Cela est dû à leur lien avec la transmission. Ils permettent une meilleure répartition du poids sur le vélo. Leur position abaisse, en effet, le centre de gravité. De plus, ils sont plus pratiques si vous devez changer de roue. Leur position permet d’effectuer cette opération aussi simplement que sur un vélo classique. Attention toutefois car ils peuvent aussi abaisser la garde au sol du vélo. Pour les VTT, cela limite alors les capacités de franchissement. Avec un tel moteur, vous ne pouvez également garder qu’un seul de vos plateaux. Pour éviter les complications, au moment des changements de vitesse, le moteur pour vélo électrique doit être désactivé. Il peut donc changer vos habitudes de pilotage. Ce qui peut nécessiter un temps d’adaptation.

 

 

Pourquoi opter pour un moteur roue ?

Opter pour un moteur roue est plus judicieux pour éviter les problèmes lors des changements de vitesses. Il permet de les passer sans se soucier du moteur. Un moteur roue est ainsi plus facile d’utilisation. Il ne modifie que très légèrement vos habitudes de pédalage. En outre, il offre la possibilité de conserver tous vos plateaux. Cependant, avec ce type de moteur, il faut faire attention à la compatibilité. Un moteur roue est, par exemple, incompatible avec les moyeux dynamo. De même si votre vélo a des freins à tambours ou un entraxe de roue étroit ou trop large. Par ailleurs, il faut savoir que ce type moteur peut vous rendre la tâche beaucoup plus difficile, notamment en cas de remplacement de votre roue ou de votre chambre à air. Néanmoins, côté prix, il se montre un peu plus abordable que les moteurs pédaliers.

Dans tous les cas, pour bien choisir, il faut tenir compte de vos besoins principaux, sans oublier de considérer votre pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *