Nos conseils pour choisir un vélo à assistance électrique

Nos conseils pour choisir un vélo à assistance électrique

Pour bien choisir un VAE, les critères à prendre en compte sont différents de ceux que l’on considère pour le choix d’un vélo classique. Ils sont plutôt liés au kit moteur, à la sécurité, au confort d’usage et au prix du vélo. Voici quelques conseils pour vous aider dans le choix de votre vélo électrique.

Le vélo électrique pour lutter contre la pollution

La pollution atmosphérique est de plus en plus inquiétante tant au niveau des grandes villes qu’à l’échelle planétaire. Les moteurs thermiques des automobiles et les émissions industrielles sont les grands coupables de cette pollution et l’un de ces problèmes majeurs qui exigent des mesures immédiates aussi bien de la part des gouvernements qu’au niveau individuel.

De plus en plus de personnes acquièrent une conscience écologique dans tous les domaines de leur vie, depuis le recyclage des déchets qu’ils produisent jusqu’à la réutilisation de toutes sortes d’objets d’occasion qui sont achetés non pas pour leur bas prix, mais parce que de cette manière la vie utile de l’objet se voit prolongée et l’on évite qu’il vienne s’ajouter trop tôt aux montagnes d’ordures produites chaque jour.

Pour les déplacements, l’option du vélo est la clé, surtout lorsqu’il s’agit de déplacements exclusivement urbains qui ne concernent alors pas une quantité excessive de kilomètres. Les vélos à assistance électrique (V.A.E.) sont venus pour simplifier la vie des toutes celles et ceux qui voulaient un mode de transport électrique plus soutenable et qui se trouvaient en forme physique insuffisante pour commencer à utiliser le vélo au quotidien.

Quel Vélo à Assistance Electrique (VAE) choisir ?

Voici le premier dilemme lorsqu’on réfléchit à acquérir un cycle à pédalage assisté. Il faut savoir que si l’on possède déjà un vélo, nous n’aurons probablement pas besoin d’en acheter un autre. Il existe des kits sur le marché très faciles à installer qui convertiront votre bicyclette classique préférée en un deux-roues électrique en quelques minutes pour les cas les plus remarquables.

Les prix de ces kits varient beaucoup en fonction de leur qualité et du rendement que l’on veut obtenir, mais les plus basiques peuvent avoisiner les 250 euros (batterie exclue), bien que leur qualité laisserait beaucoup à désirer. Si vous ne souhaitez pas dépenser deux fois, à partir de 400 euros vous trouverez des kits électriques de qualité.

Si vous ne possédez pas encore de vélo, pour son achat vous devriez suivre les mêmes critères que l’on vient de vous indiquer pour l’installation d’un kit de conversion. Pensez à l’usage que vous allez donner au véhicule, habituel ou occasionnel, ainsi qu’aux besoins spécifiques que vous pourriez avoir. Par exemple, de nombreux utilisateurs optent pour un vélo pliant qu’ils pourront ranger facilement à la maison ou dans le coffre d’une voiture.

La plupart des vélos électriques bas de gamme et de moyenne gamme possèdent un moteur dans l’une des roues, de nos jours presque toujours dans la roue arrière. Les VAE à moteur central électrique, au niveau du pédalier, entrent déjà dans la gamme supérieure.

L’assistance électrique pour rendre le parcours plus léger

Ce type de vélos fournit une grande puissance en touchant à peine la pédale. Ce qui fait que de nombreuses personnes les trouvent hautement sûrs pour conduire sur les routes encombrées de trafic. Ils sont également parfaits pour aborder une côte, puisqu’on sentira l’aide dès les premiers instants. Mais c’est sans doute dans les parcours les plus difficiles de type tout terrain que l’on trouvera leur usage le plus étendu, en permettant au cycliste d’arriver là où il ne se l’était jamais imaginé, ou de profiter d’une journée avec des pros du VTT avec qui on n’aurait jamais osé partager une sortie.

Le prix d’un vélo électrique variera beaucoup en fonction du type de moteur et de la qualité des composants. Les modèles les plus courants pour des vélos de balade tournent autour de 1500 euros, bien qu’il existe des vélos très basiques pour moins de 1000 euros. Les plus professionnels, que ce soit de route ou tout-terrain, dépassent allègrement les 2000 euros, et grimpent même au-delà des 3000 si l’on parle des plus avancés. Ensuite, on entre dans la catégorie du très haut-de-gamme, voire de l’indécence, avec des modèles à plus de 10 000 euros l’unité. Ça a au moins l’avantage de nous faire relativiser le prix des VAE plus conventionnels, lorsqu’on hésite encore à casser sa tirelire.

Opter pour un bon kit moteur :

Les marques fiables

Avant de choisir un VAE, il convient de faire attention au choix de son kit moteur. Il faut tout d’abord privilégier les marques qui proposent des moteurs performants, par exemple : Bosch, Yamaha ou Panasonic. Elles sont reconnues pour leur expérience dans le domaine, leurs produits de qualité et leur service après-vente compétent.

Les Kits sous le pédalier

Il faut ensuite opter pour des vélos avec un kit moteur situé sous le pédalier. Cet emplacement permet d’optimiser les performances du moteur avec notamment une puissance au démarrage plus importante. Contrairement aux moteurs situés dans les moyeux, ils évitent la sensation d’être tiré (moteur dans le moyeu avant) ou poussé (moteur dans le moyeu arrière). Ils se montrent également plus pratiques lorsqu’il faut procéder au remplacement d’un pneu en cas de crevaison.

L’option « Easy Start »

En choisissant son Kit moteur, il est recommandé d’opter pour les marques qui proposent l’option « Easy Start ». Elle permet à l’assistance électrique du VAE de démarrer sans pédaler. Un petit plus très appréciable, surtout lorsqu’il faut pousser son vélo et qu’il est lourdement chargé.

Un moteur et une batterie puissants :

pédalier avec capteur de force
pédalier avec capteur de force

La puissance est utile lorsqu’il faut transporter de lourdes charges ou franchir des côtes. Dans la pratique, une puissance de 36 volts et 9 Ah peut largement suffire. Un moteur puissant est également à associer à une batterie performante. Les modèles qui font appel à la technologie Lithium-ion sont recommandés. Ils offrent une autonomie plus élevée et sont appréciés pour leur durée de vie plus longue.

Un modèle amovible est recommandé pour la batterie afin de la retirer, la transporter et la recharger plus aisément. On peut ainsi la préserver des risques de vols, sans oublier de la protéger des caprices du temps (pluie, chaleur ou froid).

Penser au poids

Tout va dépendre de l’utilisation faite du cycle. Le poids du vélo électrique est une caractéristique à prendre en compte mais elle n’est toutefois pas déterminante. En effet si un deux-roues motorisé est lourd, cela ne signifie pas forcément qu’il faudra fournir plus d’effort au pédalage puisque la batterie offrira plus de puissance. Il faut par ailleurs souligner que depuis quelques temps, le poids d’un vélo électrique a été nettement réduit. Aujourd’hui, le poids moyen est situé autour des 20 kilos. Il peut atteindre jusqu’à 30 kilos pour une VAE très lourd. Cela prend en compte le cadre selon le matériau utilisé (titane, fibre de carbone, acier, …), le poids du moteur et celui de la batterie.

Il est conseillé de vérifier que les charges du moteur et de la batterie soient bien réparties sur tout le vélo, et pas qu’ils soient tous les deux à l’arrière par exemple, pour éviter la sensation de lourdeur. Pour ceux qui cherchent à réduire la charge, il est possible d’ôter des équipements comme le porte-bagages ou d’opter pour une batterie plus légère (mais peut être moins performante alors). Il faut sinon choisir un vélo plus petit ou pliant.

Le rapport qualité / prix

Actuellement, les prix d’un VAE urbain varient entre 1000 et 3000 euros. On peut acquérir un VAE d’entrée de gamme pour moins de 1000 euros. Un vélo moyen de gamme peut se négocier entre 1000 et 2000 euros. Comptez entre 2000 et 3000 euros pour un vélo bien équipé. Et plus de 3000 euros pour un VAE avec tout l’équipement nécessaire ou de type pliable ou cargo. Avant d’acheter un VAE, il est recommandé d’identifier clairement ses besoins.

Il convient également de choisir les modèles les plus faciles à entretenir. De préférence, il faut éviter les VAE bas de gamme ou les marques peu connues. Avec ce type de vélo, l’entretien peut vite devenir compliqué voir plus coûteux. Il peut même en résulter des frais d’entretien ou de réparation qui deviennent au final supérieur à l’achat d’un produit de qualité supérieur.

L’idéal est dans ce cas de choisir un VAE de milieu de gamme. Les modèles des constructeurs Français sont à privilégier. Ils ont en général un très bon rapport qualité/prix. Ils sont notamment plus fiables comparés aux marques asiatiques et plus abordables que les modèles allemands ou néerlandais.

 

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *