Les questions à se poser pour bien choisir un vélo électrique

Les questions à se poser pour bien choisir un vélo électrique

Depuis quelques jours, les coups de fil se multiplient. «Tu as quoi comme vélo électrique ?». «Qu’est-ce que tu me conseillerais ?». Les railleries sur les cyclistes parisiens, les inquiétudes sur la présumée dangerosité du vélo en ville se sont envolées, balayées par la crainte de retrouver la promiscuité des transports en commun. Pour tous ceux qui envisagent de se mettre au vélo à assistance électrique, voici quelques conseils pour bien le choisir.

Tout d’abord, ayez bien en tête qu’il s’agit d’un vélo à assistance électrique, (VAE pour les intimes) et non pas d’une motocyclette. Le vélo à assistance électrique n’avance pas si on ne pédale pas. Il demande un effort physique, même s’il est moindre qu’avec un vélo tout simple. L’assistance du moteur permet de monter les côtes sans sourciller, façon champion du Tour de France… À condition d’avoir la bonne monture. Cela permet aussi de circuler à bonne vitesse, sans arriver en sueur son lieu de travail ou à ses rendez-vous. Néanmoins, la vitesse de l’assistance est plafonnée à 25 km/h. Au-delà, seuls vos petits muscles font le travail, pour des raisons réglementaires. Enfin, puisqu’on parle de tête, pensez au casque. Il n’est pas obligatoire, mais il est plus prudent d’en porter un.

1. Quelle distance quotidienne?

Tout le monde n’a pas les mêmes besoins. La première question à se poser est donc celle de la distance quotidienne que vous comptez parcourir. Dites-vous qu’une fois que vous aurez goûté aux joies du VAE, vous serez tenté de faire quelques déplacements supplémentaires dans la journée. Donc, pour l’autonomie, prévoyez au moins deux fois la distance aller-retour domicile travail, avec une petite marge. Pourquoi deux fois? Tout simplement pour ne pas avoir à recharger la batterie tous les jours.

2. Quelle batterie?

Une fois que vous aurez défini le nombre de kilomètres que vous voulez effectuer, place au choix de la batterie. Le VAE est électrique. Son autonomie repose donc sur sa batterie, logique. Toutes ne se valent pas. Et dans le domaine, il n’y a pas de miracle. La qualité se paye. Un premier conseil est donc de ne pas lésiner sur la qualité de la batterie. Choisissez une marque connue. Bosch et Panasonic sont les plus utilisées.

Le charme du VAE, le petit coup de pouce qui aide à avancer un peu plus facilement, à grimper les côtes avec le sourire… c’est le moteur. Les moteurs situés au niveau du pédalier sont très répandus. Pour la ville, c’est ce qu’il y a de mieux, notamment pour la stabilité de l’engin. Comme pour la batterie, évitez les choix un peu trop exotiques et tournez-vous vers les valeurs sûres: Bosch et Panasonic. Mon revendeur préféré recommande aussi Yamaha, Bafang et Impulse, notamment.

3.Quels freins? Et quels pneus?

C’est une question de budget. Disques ou patins? Sans hésiter, je dirais disques. Mais si pour des questions financières vous optez pour les patins, pensez à les changer régulièrement. C’est fou comme ils s’usent vite en milieu urbain! Et si c’est pour rouler en ville, des pneus classiques de vélos de ville font l’affaire, inutile de lorgner le VTT ou les gros boudins… sauf pour le fun.

4.Quels usages?

Allez-vous utiliser votre vélo pour déposer un, voire deux enfants à l’école? Faire des courses? Transporter des marchandises ( si vous saviez tout ce qu’on peut trimbaler sur un vélo, vous seriez étonné)? Ou tout simplement vous déplacer? Des réponses va dépendre le choix du cadre, sa robustesse. Pour la plupart des usages, les cadres vélos de ville font l’affaire. Sans trahir de secret, l’acier est solide, mais un peu lourd. L’aluminium, plus léger mais un peu moins robuste. Oubliez les cadres en carbone, à moins de vraiment vouloir casser la tirelire!

5. Combien de vitesses?

Oubliez le fixie, ces vélos sans vitesse. Le VAE se pratique avec des vitesses, 7 ou 8 suffisent. Pour le dérailleur: Shimano, les yeux fermés. Vous pouvez aussi viser un VAE avec plusieurs modes d’assistance, en fonction de votre humeur du moment. Envie de faire un peu plus d’efforts physiques? l’assistance moteur est au minium (comme le vélo électrique pèse généralement plus de 20kg, difficile de se passer du moteur). Un petit coup de fatigue? L’assistance est augmentée. En fonction de votre budget, vous aurez accès à trois ou quatre modes d’assistance différents.

Questions pratiques (bonus)

Si vous en avez la possibilité, le mieux est d’essayer le vélo avant de l’acheter. Les revendeurs de vélo se sont multipliés sur le territoire, particulièrement dans les grandes villes. N’hésitez pas, demandez à essayer pour vous faire une idée de la forme qui vous convient le mieux, de la position du guidon, l’assise, la taille du vélo. Un bon revendeur vous conseillera .

Avez-vous un emplacement pour le vélo?

Pour un «bon» vélo électrique, apprêtez -vous à débourser au moins 1500 euros (hors subventions éventuelles). Il est donc important de savoir où vous allez le garer. Pour la nuit, il est plus prudent de ranger ce type d’engin dans un garage, un parking, un local à vélo, bref dans un endroit fermé. Et dans la journée, c’est mieux aussi. À défaut, prévoyez de bons antivols. Là encore, ne soyez pas radin. Ce sera un bon investissement. Attachez toujours le cadre du vélo à une attache fixe. Deux antivols, c’est bien avec éventuellement un troisième pour éviter de se faire voler la selle.

«Et sinon, tu n’as pas une marque à nous recommander?» Mon premier vélo électrique était un Kalkhoff. Après huit ans de bons et loyaux services, la batterie n’avait plus l’autonomie nécessaire pour assurer le quotidien et les batteries sont très chères. Les pièces d’usures étaient à changer aussi… Bref, j’ai trouvé quelques excuses et un anniversaire, pour un joli Peugeot, sympa, mais avec quelques défauts de conception que j’ai identifiés un peu tard (au moindre choc, le garde-boue avant vient frotter sur la roue, ça se remet en place facilement mais c’est agaçant.). J’ai aussi testé un Gitane qui m’a laissé une très bonne impression. Les Moustache ont une excellente réputation, mais sont un peu plus chers. Les Vanmoof sont aussi séduisants, avec leurs lignes épurées, et leurs LED intégrés.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *