une école de conduite digitale pour trottinettes électriques

une école de conduite digitale pour trottinettes électriques

Outil de mobilité urbaine incontestable, très prisé des jeunes mais pas seulement, la trottinette électrique envahit rues et trottoirs des grandes villes, engendrant de plus en plus d’accidents. Conscient de la nécessité d’apprendre les règles de bonne conduite aux utilisateurs, l’opérateur scandinave VOI, l’un des leaders du marché de la trottinette en « free floating », lance la première école de conduite digitale pour les utilisateurs de ces nouveaux deux roues.

L’opérateur Suédois VOI est l’un des leaders européens de la micro-mobilité urbaine, très présent dans les grandes métropoles et notamment à Paris. Comme beaucoup d’entreprises nordiques cet opérateur est très attaché à la sécurité. Il est donc tout à fait justifié que l’entreprise qui constate un nombre croissant d’accidents cherche à sensibiliser des utilisateurs pris par un vent de liberté et qui en oublie les règles élémentaires de circulation sur l’espace urbain. Entre les piétons, premier prioritaire de cet espace, les vélos, les véhicules motorisés (deux et quatre roues), il faut arriver à prendre sa place et certains ont tendance à la prendre de force au risque d’y laisser leur vie.

« Nous pensons qu’il incombe aux entreprises comme la nôtre de montrer l’exemple et d’établir les règles de base de la bonne conduite », explique Caroline Hjelm, directrice marketing Europe de Voien présentant la première école de conduite digitale, certifiée par l’Agence suédoise de sécurité routière pour utilisateurs de trottinettes électriques. « Notre test de conduite en ligne a été lancé pour aider les utilisateurs, nouveaux ou habitués, à tirer le meilleur parti de nos engins, en soulignant clairement notre engagement en matière de sécurité ». Et celle-ci passe par une meilleure utilisation des espaces réservés en premier lieu aux piétons, utilisateur prioritaire et qui se fait régulièrement surprendre quand ce n’est pas heurter par des trottinettes aussi silencieuses que rapides.  « Les piétons ne sont pas plus en danger qu’avec les autres moyens de transport urbain comme les vélos par exemple, mais nous sommes conscients qu’il faut éduquer les utilisateurs et les inciter à respecter les règles qui assurent leur sécurité et celle des autres usagers, alors que le parc de trottinettes électriques connaît une croissance rapide », poursuit Caroline Hjelm.

C’est une première à Paris. Après l’organisation de formations de conduite ouvertes à tous, l’opérateur de trottinette électrique suédoise Voi lance une «école de conduite en ligne», ce mardi 10 septembre.

La start-up lance en effet «une école de conduite en ligne mettant en scène la fée Voila». Ce personnage fictif a ainsi été imaginé pour «expliquer aux utilisateurs comment utiliser leur engin en toute sécurité», afin selon la direction France de Voi de «profiter pleinement et sans risque des avantages de ce nouveau mode de mobilité urbaine».

Voi propose également à ses usagers de «compléter en ligne un quiz interactif de conduite (Traffic School), permettant de tester leurs connaissances en matière de code de la route dans les différents pays où l’entreprise est présente». L’occasion pour eux de gagner des crédits d’utilisation sur les trottinettes Voi, s’ils répondent correctement aux questions.

Une opération lancée, selon Caroline Hjelm, la directrice marketing Europe de Voi, «pour aider les utilisateurs, nouveaux ou habitués, à tirer le meilleur parti de nos engins, en soulignant clairement notre engagement en matière de sécurité». «Nous pensons qu’il incombe aux entreprises comme la nôtre de montrer l’exemple et d’établir les règles de base de la bonne conduite», a-t-elle ajouté.

Un opérateur engagé et responsable

L’opération de Voi se concrétise par une campagne de sensibilisation intitulée Ride Like Voila  (Déplacez-vous comme Voila). Elle met en scène une fée bienveillante et casquée, un thème cher aux entreprises scandinaves, montrant à un homme des cavernes la simplicité de l’utilisation d’une trottinette en toute sécurité et en respectant les autres utilisateurs de l’espace public. Avec les conseils de Voila, notre homme circule dans les rues afin de convertir les utilisateurs les plus imprudents, mais aussi les détracteurs de ce nouveau mode de transport, en adeptes convaincus et responsables.

Accompagnant la vidéo, conçue pour être partagée sur téléphones, tablettes et sur les réseaux sociaux, Voi propose également aux conducteurs de trottinettes de compléter en ligne un quiz interactif de conduite (Traffic School), afin de tester leurs connaissances du code de la route dans les différents pays où Voi est présent. Les utilisateurs répondant correctement aux questions se voient offrir des crédits d’utilisation des trottinettes Voi.

L’opérateur scandinave qui collabore avec les autorités locales veut s’assurer que ses trottinettes sont utilisées de manière sûre et responsable. Lors de sa première année d’exploitation, en 2018, Voi a lancé plusieurs initiatives notamment dans les zones piétonnes ou à proximité des établissement scolaires où la vitesse est automatiquement réduite à 8 km/h. Voi travaille également sur les zones de stationnement afin de réduire les encombrements et éviter les obstacles notamment pour les personnes à mobilité réduite.

Avec pour ambition d’améliorer la sécurité de ses utilisateurs sur tous ses marchés, VOI s’est également fixé pour objectif de procéder à l’analyse systématique des statistiques d’accidents. L’office suédois des Transports a récemment publié un rapport sur le nombre d’accidents impliquant des trottinettes électriques. Afin de contextualiser ces chiffres, Voi a établi un tableau détaillant le nombre d’accidents survenus en Suède, et les utilisations correspondantes de trottinettes électriques VOI.

Enfin l’opérateur insiste sur la sécurité, comme le respect de la vitesse, du port du casque et des autres utilisateurs au point d’envisager d’exclure de son application ceux qui ne respecteraient pas ces principes élémentaires qui permettront de mieux faire accepter comme il se doit cet engin de micro-mobilité dans l’espace public.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *