Cavale, le vélo électrique "made in France" créé avec Alex Singer

Cavale, le vélo électrique « made in France » créé avec Alex Singer

Cavale, le vélo électrique « made in France » créé avec Alex Singer

Martin Bouche, fondateur de Cavale, s’est associé à Olivier Csuka (Cycles Alex Singer) pour créer un vélo électrique élégant, efficace et made in France. Histoire d’une rencontre entre deux passionnés de bicyclettes.

Dans le vélo de tradition, Alex Singer tient le haut du pavé depuis 1938. L’atelier n’a jamais quitté Levallois-Perret, dans l’ouest de Paris, où elle réalise des vélos sur-mesure pour des clients du monde entier. Le carnet de commandes est plein et difficile pour Olivier Csuka, petit neveu du fondateur Alex Singer, et ses deux mécaniciens, dont une femme, de se lancer dans l’électrique.

En voyant passer devant mon magasin des cyclistes avec des positions inconfortables, j’avais envie de créer un vélo à assistance électrique d’une géométrie impeccable qui permettrait d’avaler des kilomètres sans se briser le dos et qui redonnerait le plaisir de pédaler, mais je manquais de temps », explique Olivier Csuka.

Jusqu’au jour où Martin Bouche, un jeune entrepreneur, qui s’est spécialisé dans le vélo après avoir vécu 10 ans aux Pays-Bas, pousse la porte de l’échoppe qui se trouve à quelques rues de chez lui. Il a un projet de VAE urbain et cherche des conseils. La rencontre est décisive. L’histoire du vélo Cavale a commencé aussi simplement que cela, ou presque.

Cavale, le vélo électrique "made in France" créé avec Alex Singer

Les deux passionnés décident de mettre en commun leurs talents. L’un dans la conception des cadres et le choix des composants, l’autre dans les technologies d’assistance électrique. Ils conçoivent deux modèles, un à cadre haut, le Messager, l’autre à cadre ouvert, le Rivage. Ils ont quatre impératifs: un cadre d’une géométrie parfaite et élégante, une assistance électrique adaptée à un usage urbain, des composants français et un prix non-prohibitif. Un véritable défi qu’ils ont relevé avec succès.

80% made in France

Ces bicyclettes traditionnelles dissimulent un condensé de technologies pour faciliter l’usage en préservant le plaisir de rouler. La partie électrique est gérée par un « cerveau » électronique conçu pour tenir dans un emplacement réduit près du pédalier. Pas de vitesses à sélectionner pour avancer. Selon la pression du pédalage et de l’inclinaison de la route, le vélo s’adapte.

La batterie est fixée juste au-dessus pour alimenter le moteur (25 W) placé dans le moyeu arrière. L’autonomie est de 50 km avec un temps de rechargement de 3h30. Mais avec un poids de moins de 15 kg, le vélo se pilote facilement même sans assistance électrique.

Pour les composants, mécaniques ou électriques, Cavale a fait une sélection pointue: Berthoud (garde-boue), Stronglight (pédalier), Idéal (sellerie en cuir) et Doctobike pour l’assistance électrique. Ces entreprises sont basées aux quatre coins de l’hexagone.

« Ce vélo, c’est un peu le tour de France des composants. les batteries à Villeurbannes, les roues en Bretagne, la selle à Toulouse, la guidoline vient d’Argenteuil, les pédaliers et les jeux de direction à Saint-Etienne. Il est made in France à 80% », explique Martin Bouche.

Assemblé à Levallois-Perret

Cavale, le vélo électrique "made in France" créé avec Alex SingerSi les tubes de cadre, des Reynolds, viennent de Grande-Bretagne, ils sont assemblés en région centre. Olivier Csuka a lui-même formé les équipes d’une usine de métallurgie industrielle -dont il ne révèle pas le nom- à l’art de la soudure de cet acier léger.

Mais l’assemblage se fait dans l’atelier de Levallois-Perret. Chaque pièce est vérifiée, rectifiée au besoin, pour que le cycle tourne comme une horloge, comme un véritable Alex Singer. Chaque modèle nécessite 4 à 5 heures de montage quand un vélo industriel assemblé en usine prend moins d’une heure. Du grand art.

Reste la question du prix. Pour atteindre un tarif compétitif face à une concurrence serrée dans cette gamme de prix, le deux partenaires ont opté pour une méthode semi-industrielle. Résultat, un Cavale coûte 3450 euros quand il faut compter entre 6000 et 10.000 euros (selon les options) pour un Alex Singer sur-mesure.

Le succès de Cavale a été rapide. La start-up créée en 2018 vend déjà ses modèles en France, mais aussi dans plusieurs pays d’Europe, la Suisse, la Belgique et les Pays-Bas. Une manière de faire à nouveau rayonner l’industrie française du vélo au-delà de nos frontières.

 

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *